Prolongement ou pas de l’Etat d’urgence sanitaire: M. Rajoelina fera une large consultation

En moins de quinze jours, le nombre de personnes contaminées par le virus Covid-19 est passé de 3 à 70. Pendant ces quinze jours, le président de la République, Andry Rajoelina, a proclamé l’Etat d’urgence (sanitaire) nationale qui devra prendre fin ce dimanche. Des mesures de confinement ont été pris pour Antananarivo, Toamasina 1 et 2 et tout récemment pour la ville de Fianarantsoa. L’heure est maintenant au bilan qu’il faut projeter d’autres mesures à prendre pour contenir et lutter contre le coronavirus. 

Lors de son émission quasi-quotidienne sur les chaînes audiovisuelles nationales, le chef de l’Etat a indiqué que la décision sera difficile et dure.  Aussi, entamera-t-il demain une série de consultation avec les chefs d’Institutions, les chefs d’Églises du FFKM, professionnels médicaux et un conseil des ministres. Même si on est arrivé à maîtriser la pandémie en évitant des morts par rapport à d’autres pays, la menace pèse toujours sur la population avec la multiplication des contaminés, surtout des cas contacts.  

La décision sera difficile puisqu’il appartiendra uniquement au chef de l’Etat de décider du prolongement de l’Etat d’urgence sanitaire et du confinement partiel ou total de certaines villes du pays. Les autres chefs d’Institutions, chefs d’Eglises, professionnels de la Santé ne seront là que pour fournir les données l’aidant à prendre des décisions et éventuellement de le soutenir dans la traversée et la mise en oeuvre …

Bilan des quinze jours d’Etat d’urgence et de confinement

Le premier jour de la proclamation de l’Etat d’urgence sanitaire, le 21mars, on a pu constater une vide de la part de l’équipe gouvernementale. Beaucoup s’attendait au déploiement des forces armées et forces policières dans la matinée du dimanche suivant l’entrée en vigueur de l’Etat d’urgence. Mais rien ne fût… Les forces de l’ordre ne sont déployées que le lundi d’après. On a aussi noté des contradictions entre les directives formulées par les autorités civiles et militaires entraînant une confusion auprès de la population. 

Petit-à-petit, l’ordre est rétabli avec l’intervention du chef de l’Etat pour mener le combat contre le Covid-19. Andry Rajoelina pouvait en effet rester en retrait en déléguant une partie de ses pouvoirs exceptionnels au Premier ministre et aux autres membres du gouvernement mais il a été contraint d’entrer en première ligne  pour s’assurer que son équipe se mette bien en ordre de bataille. La prise en main de la situation a quelque peu rassuré la population. 

Quelque soit la décision du chef de l’Etat dimanche, ce sera toujours difficile. Un élan de solidarité devrait en être sa base en vue de mobiliser tous les moyens (ressources humaines, financières, …) dont dispose le pays pour mener la lutte contre le Covid-19. La bataille actuelle ne devrait pas se focaliser seulement sur le virus, mais doit se porter également sur la modélisation de la relance économique nationale et le renforcement du socle social.