Edem Kodjo: Le médiateur francophone de la crise malgache n’est plus

L’ex-émissaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Edem Kodjo, pour la crise malgache de 2009 a 2013 s’est éteint, samedi, à l’âge de 82 ans à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine. Cette personnalité politique togolaise est connue par les Malgaches pour son rôle de médiateur dans la crise politique et le période transitoire de 2009 à 2013. 

Photo Le Monde aout 2009. De gauche à droite: Andry Rajoelina (président de la Haute Autorité de la Transition), Tiébélé Dramé (Emissaire des Nations Unies) et Edem Kodjo (Emissaire de l’OIF).

Inquiet sur la situation politique dans la Grande île, suite à la mutinerie militaire du CAPSAT du 8 mars 2009, le secrétaire général de l’OIF, Abdou Diouf, a désigné un émissaire spécial en la personne Edem Kodjo. Ce dernier débarqua dans la capitale malgache le 12 mars et devait effectuer une mission d’information pendant une semaine. Aussi, a-t-il rencontré divers acteurs de la vie politique dont les deux belligérants, les représentations diplomatiques à Antananarivo et la société civile. 

Edem Kodjo était l’un des quatre médiateurs internationaux à s’investir dans la résolution de la crise malgache.  Au côté de l’émissaire des Nations Unies Tiébélé Drame, celui de l’Union africaine Ouedraogo Ablassié et celui de la SADC Joachim Chissano, Edem Kodjo fait partie de ceux qui ont été à l’origine des initiatives ayant mené les protagonistes autour d’une table entre autres au Carlton Anosy, à Maputo (Mozambique) par deux fois et à Addis Abeba (Ethiopie).

La Grande île devait accueillir pour l’année 2010 un sommet de l’OIF.  C’est la raison pour laquelle Abdou Diouf accordait une importance particulière à la crise malgache. Aussi, a-t-il dépêché dans l’île une personnalité expérimentée des crises africaines et maitrisant le système panafricain tel que Edem Kodjo. Ce dernier fut en effet entre 1978 a 1983 le secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA). 

Au Togo, Edem Kodjo fut nommer ministre et premier ministre  à plusieurs reprises sous le président Gnassingbé Eyadema et sous le mandat de son fils Faure Gnassingbé. Il a fait ses études en sciences économiques à la faculté de Rennes et était sortant de l’ENA de la promotion Blaise Pascal de 1964.