Fonds Monétaire International: Madagascar parmi les bénéficiaires de l’allègement de la dette

Le Conseil d’administration du Fonds Monétaire International (FMI) a approuvé pendant le week-end pascal l’allègement de la dette immédiate pour les 25 pays les plus vulnérables, dont Madagascar.   Et ce, grâce au fonds fiduciaire réaménagé d’assistance et riposte au catastrophe (fond fiduciaire ARC) et à une levée de fonds lancée depuis mars dernier.

Le Pape François et le président français Emmanuel Macron ont lancé successivement pendant le week-end pascal un appel à la communauté international pour l’effacement de la dette des pays pauvres les plus vulnérables au Covid-19.  Le FMI ne s’est pas fait attendre et sa directrice générale Kristalina Georgieva a annoncé, pendant le lundi de pâques, l’allègement de la dette de 25 pays les plus vulnérables. 

En effet, le Conseil d’administration de cette institution de Bretton Woods a approuvé immédiatement cette mesure en faisant recours au fonds fiduciaire réaménagé d’assistance et de riposte aux catastrophes (fonds ARC). Il s’agit d’une mesure visant à aider les pays adhérents de faire face à la pandémie du Covid-19. 

Allègement du service de la dette

Le fonds ARC, qui se décline sous deux formes: guichet riposte aux catastrophes et guichet d’assistance post-catastrophe, permettra à l’institution dans un premier temps d’accorder aux pays bénéficiaires, tel que Madagascar, un don qui couvrira ses dettes envers le FMI pour six mois. Ce qui dispensera le Gouvernement malgache de payer ses dettes. Mais, surtout, la mesure permettra aux autorités de la Grande île de consacrer son budget prévu au paiement de la dette aux efforts dans la lutte contre la pandémie.  

Le Fond Monétaire International  dispose actuellement d’environ 500 millions de dollars, dont 185 millions de dollars et 100 millions de dollars sont des donations britannique et japonais. L’Institution recherche encore près de 500 millions de dollars pour atteindre la barre de 1 000 millions de dollars pour le fonds ARC. L’objectif est d’alléger le service de la dette de ces pays vulnérables au moins pour deux ans. Il faut rappeler qu’en 2015, le FMI a mis en place le fonds ADAC (Allègement de la dette après catastrophe) afin d’accorder une aide aux ripostes à l’épidémie d’Ebola pour les pays tels que Guinée, Libéria et Sierra Leone. Ce fonds ADAC se présente aujourd’hui sous une autre forme, le fonds ARC.

Graves perturbations économiques

Pour bénéficier de cet allègement de la dette, l’économie malgache devrait être en lambeau. En effet, le pays bénéficiaire devrait être confronté à une pandémie mortelle pouvant causer de graves perturbations économiques. Pour Madagascar, les mesures fiscales et économiques prises par le président de la République,  Andry Rajoelina, dès l’apparition des personnes contaminées par le Covid-19 à Madagascar, entraînent déjà une perte de recettes et une hausse de dépenses équivalent à au moins 10% du PIB. Le pays enregistre un balance de paiement déficitaire ce qui a amené le FMI, voici une dizaine de jours, au déblocage de plus de 260 millions de dollars d’aide dans le cadre du Fond Rapide de Crédit (FRC) pour résoudre le problème.

La décision du FMI donne une petite marge de manoeuvre aux pays pauvres comme Madagascar pour faire face à la pandémie tant sur le plan sanitaire qu’économique.