Covid-organics: Des agriculteurs malgaches aux industries de Madagascar

Le Président de la République, Andry Rajoelina, est en première ligne pour le lancement et la vulgarisation du Covi-organics (CVO) de l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA), Itaosy, fondée par le professeur Rakoto- Ratsimamanga. L’Artemisia, dont les molécules forment la base du CVO, largement disponible sur le territoire malgache, a attiré l’attention de l’Etat.

L’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA), fondé par le professeur Rakoto-Ratsimamanga, a présenté officiellement le Covid-organics ou CVO. Il s’agit d’un nouveau produit de l’institut pour prévenir et, éventuellement, pour guérir le Coronavirus. Le directeur général de l’Institut, le docteur Charles Andrianjara, a expliqué devant l’assistance que l’ATA a été leur premier produit de prévention contre les virus et le coronavirus. Mais, des insuffisances ont été constatées, et le chef de l’Etat a demandé à l’IMRA d’effectuer des recherches sur l’Artemisia et de définir s’il est possible de l’utiliser. L’Institut a alors entamé toutes les recherches qui ont conclu par la production du CVO. Le DG d’IMRA a ajouté que les essaies cliniques en cours sur deux personnes contaminées du Covid-19 pourraient conduire à la confirmation que le Covid-organics sera le remède de la pandémie. 

Le chef de l’Etat a de nouveau annoncé à Itaosy que le CVO sera distribué gratuitement aux élèves dans chaque école et à la population nécessiteuse auprès des Fokontany à partir de ce mercredi. De plus, ce produit sera disponible sur le marché dès mercredi même …  La bouteille de 33 cl sera vendue sur le marché à 1 500 ariary. Face à une certaine résistance au sein de la population sur la distribution de ce produit aux élèves, le président Rajoelina veut à tout prix convaincre, voire imposer, à la population l’efficacité du CVO. Aussi, a-t-il bu une gorgée du CVO  avec l’assistance devant les caméras et en direct sur la chaîne audiovisuelle nationale TVM. 

S’assurer de l’exclusivité de l’Artemisia


Le président de la République, Andry Rajoelina, a annoncé que Madagascar est l’un des rares pays à disposer d’important stocks d’Artemisia dans le monde. Et, les laboratoires internationaux se fournissent auprès de nos producteurs. En effet, l’un des grands producteurs d’Artemisia est la société de droit malgache Bionexx créée en 2005. Cette société dispose une usine pour extraire les essences à Fianarantsoa… Elle se fournit aussi, selon le site web de la société, auprès de 10 000 agriculteurs réparties dans différentes régions telles Antsirabe, Ambatofinandrahana, Fianarantsoa, Ihosy, Ambalavao, Antanimeva, Ankililaoka, Milenaka et Tsianisiha. L’Artémisinine forme les 80% du chiffre d’affaires de la société Bionexx. 

Informée de l’importance de l’Artemisia, l’Etat a pris des mesures a la fin du mois de mars pour s’assurer du contrôle de ce produit devenu stratégique.  Dans une note, la direction de la législation et de la valeur de la Direction générale des Douanes a sortie une note informant les receveurs de douanes que l’exportation de médicaments ou autres produits de santé est suspendue temporairement.  Le Gouvernement Rajoelina a donc pris cette décision pour s’assurer du stock afin de produire le CVO. D’ailleurs, le numéro 1 de l’Etat a indiqué aux journalistes en marge de la cérémonie a Itaosy que l’Etat se charge de payer l’acquisition des  matières premières. L’Etat paie directement l’achat de l’Artemisia et des bouteilles auprès des fournisseurs tandis que les bénéfices de la vente du CVO seront remises à l’IMRA pour soutenir les recherches scientifiques. 

Un produit des industries de Madagascar


Dans les réseaux sociaux, des personnes proactives se sont félicités de la découverte et du produit malgache. Le CVO est en effet produit de la culture de l’Artemisia à sa distribution en passant par sa transformation et sa mise en bouteille dans la Grande île et par des industries de Madagascar.  L’Artemisia est cultivé par des agriculteurs malgaches puis collecté par la société Bionexx qui extrait les essences artémisinine. L’IMRA se charge du breuvage pour en faire un produit pharmaceutique qui par la suite sera mise en bouteille par la société Malagasy Boissons (connu pour ses produits Big Cola) sis à Tanjombato. 

Par ailleurs, notons que le groupe JCR du malgache Jean-Claude Ratsimivony met aussi sur le marché et dans ses boutiques des produits à base d’Artemisia. Et ce, bien avant la pandémie.