Prise de Covid organics: Les établissements scolaires privés se défilent ?

Prise du Covid organics (COV), obligatoire ou non pour les élèves qui vont reprendre les cours à partir de demain ? Cette question a suscité de nombreuses réactions de la part des parents. Ils ne comprennent pas pourquoi on prescrit un médicament à des personnes saines. Parce qu’étant donné que c’est le Président lui-même qui a souligné que le COV est à la fois préventif et curatif, nombreux ont déduit que c’est du médicament et non seulement un remède. En tout cas, la question ici c’est de savoir si les établissements vont obliger les élèves à prendre cette fameuse tisane sans l’accord des parents ou vont-ils se passer des instructions de monsieur le Président ?

Les élèves de la classe de 3ème et ceux du terminal des établissements scolaires publics vont reprendre les cours demain, comme il a été annoncé par le Président Andry Rajoelina lors de son dernier allocution sur les chaînes télévisées nationales. De son côté, les écoles privées ont chacune leur calendrier mais elles sont toutes tenues de respecter les mesures imposées dans le cadre de prévention et de lutte contre le Coronavirus. Les instructions du Président sont bien strictes et précises : port obligatoire de masque de protection, mise en place d’un dispositif de lavage de mains avec du savon, respect de la distanciation de un mètre en limitant le nombre d’élèves à 25 par salle de classe au maximum et prise obligatoire du Covid organics par tous les élèves sans exception. Mais compte tenu des réactions des parents sur les réseaux sociaux, le seul support leur permettant de s’exprimer publiquement mais toujours avec modération, le ministre de l’Education nationale, lors de son intervention sur les chaînes télévisions, a pesé ses mots. Elle s’est contentée d’inciter les parents à donner leur accord afin que leurs enfants puissent prendre le COV. Un revirement qui a été visiblement pris en considération par les établissements scolaires privés. L’école Maria Manjaka a annoncé dans son compte Facebook que les cours vont reprendre le 27 avril prochain. Toutes les conditions requises sont bien mentionnées dans le communiqué mais la soeur directrice a strictement souligné que ceux qui préfèrent prendre le COV chez eux et non à l’école n’ont qu’à le préciser dans leur carnet de correspondance. Une manière intelligente de respecter les instructions du Président sans pour autant passer des accords parentaux. De son côté ESCA Antanimena, qui reprendra également les cours ce lundi, a tout simplement zapper le sujet Covid organics. 

Quid des établissements publics

Pour les écoles publiques, la rentrée administrative à commencé hier pour certaines et aujourd’hui pour d’autres. Selon les informations reçues, le Covid organics sera distribué au sein des établissements scolaires à partir de demain. Une enseignante de la classe de terminal a informé que la seule instruction sur ce sujet était de distribuer le COV à raison d’une bouteille par élève.  » On ne nous a pas encore indiqué si c’est obligatoire de le prendre à l’école ou pas », explique-t-elle. Par ailleurs, pour le respect du nombre limité des élève par salle, elle a précisé que chaque enseignant doit assurer au moins deux classes parallèles en même temps. « Pendant que l’autre classe copie la leçon, l’autre procède à une séance d’explication. C’est le seul moyen permettant d’assurer les cours ». Telle a été la décision lors de la réunion des enseignants effectuée ce jour dans son établissement scolaire. Avec ce système, les élèves pourront bénéficier du même cours avec le même professeur et les mêmes explications.