Union africaine: Les chefs d’Etat se serrent les coudes face au Covid-19

Une vidéoconférence, en session extraordinaire, des chefs d’Etat des pays de l’Union africaine s’est tenue mercredi 29 avril dernier. Comme nous l’avons souligné dans nos articles précédents, l’organisation panafricaine essaie de trouver une solution africaine à cette crise sanitaire. Les chefs d’Etat ont soulevé divers points importants sur cette lutte durant leur conférence.

Le président de l’Afrique du Sud, également président en exercice de l’Union africaine, Cyril Ramaphosa a organisé une vidéoconférence, une session extraordinaire des chefs d’Etat  de l’organisation panafricaine, mercredi 29 avril dernier. Le président Rajoelina y a participé en y annonçant sa disponibilité à aider ses pairs dans la lutte contre le Covid-19. Cette aide peut prendre sous deux formes, la mise à la disposition du remède traditionnel amélioré CVO (Covid-Organics) ou par l’envoi de chercheurs auprès des pays qui en ont besoin. 

On sait actuellement que le chef de l’Etat malgache a eu des conversations avec plusieurs chefs d’Etat africains ces derniers jours, dont entre les présidents sénégalais, congolais, équato-guinéen et guinée. Effectivement, mercredi, une délégation équato-guinéenne est arrivée à l’aéroport international d’Ivato pour récupérer une cargaison de CVO. De même, une délégation guinéenne  (Guinee Bissau) est déjà dans nos murs et quittera la Grande île par les airs ce vendredi 1 mai avec une importante cargaison destinée aux pays membres de la CEDEAO (communauté économique ouest-africaine).

Annulation des dettes

Pendant le tour de table lors de cette vidéoconférence des chefs d’Etat, la nécessité de l’annulation des dettes des pauvres membres de l’Union africaine y a été discutée. Le président sénégalais, depuis les premières semaines de la crise du Covid-19, a déjà soulevé l’importance de l’impact économique et financier de cette crise sanitaire pour les pays vulnérables africains et a déjà avancé la solution d’annulation des dettes. Cette mesure permettrait aux pays africains d’allouer le budget de la dette aux efforts sanitaires, économiques et sociaux pour faire face à la pandémie. 

Par ailleurs, durant la première vidéoconférence de dimanche,  le président en exercice de l’Union africaine Cyril Ramaphosa a renforcé le panel chargé de trouver et de coordonner les aides financières internationales destinées à l’Afrique pour faire face à la crise liée au Covid-19. L’ex-ministre algérien des Finances Abderrahmane Benkhalfa intègre ainsi l’équipe dirigée par  le franco-ivoirien Tidjane Thiam et composé de Donald Kaberuka (Rwanda), Ngozi Okonjo-Iweala (Nigeria) et de Trevor Manuel (Afrique du Sud). 

Il faut noter que toutes les régions d’Afrique devraient être représentées dans ce panel. Les quatre premiers à former l’équipe sont issues de l’Afrique occidental, oriental et central. La nomination de l’expert algérien vient de compléter la représentativité régionale avec l’entrée dans le panel du Maghreb.