Fausses données sur les cas de coronavirus: La population complètement confuse

Confusion, c’est le mot qui reflète au mieux le point de vu de la population sur le rapport statistique des cas de Coronavirus. Si la situation était alarmante voir catastrophique suite aux nouveaux cas annoncés d’un côté par le professeur Hanta Vololotiana et de l’autre côté par l’OMS, il s’avère que les données en question ne sont pas fiables. Le ministre de la Culture et de la Communication sous entendait que l’erreur a été faite intentionnellement. Les tests ont été refaits et une enquête interne est lancée. 


Le professeur Hanta Vololotiana n’a pas fait de rapport ni de nouveaux cas ni du nombre total des personnes testées positives au Covid-19 aujourd’hui. En tout cas, les informations qu’elle a évoqué a pris de court tout le monde. Par rapport à la publication sur le site web officiel de l’OMS hier, notamment sur la différence importante du nombre de nouveaux cas de coronavirus après comparaison avec les données du CCOC, le professeurs a souligné qu’il a fallu refaire les tests. Rappelons que sur son site, l’OMS a fait part de 67 nouveaux cas confirmés contre les 35 rapportés par le Professeur soit une différence de 32 cas. Compte tenu de ces nombres, considérablement élevés, le président Andry Rajoelina aurait eu des doutes et a donc ordonné de faire refaire tous les prélèvements des 67 cas pour des nouveaux tests. Une information qui a été confirmée par le ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy, lors de son intervention sur le plateau de la TVM. Les 32 cas ont été priorisés par l’équipe du Centre d’infectiologie Charles Mérieux assistée par celle de l’Institut Pasteur de Madagascar. Et grand fut la surprise quand le Professeur a informé que seules 4 personnes sur les 21 déjà testées ont été confirmées positives au Covid-19. Le résultat des 11 tests restants et celui des 35 cas rapporté hier aux chaînes télévisées nationales par le porte parole du CCOC, le professeur Hanta Vololotiana, sont attendus sous peu.

Une enquête interne en cours


Le ministre de la Culture et de la Communication n’a pas mâché ses mots quand elle a insisté sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une simple erreur et que c’est inacceptable. Toujours selon cette dernière, 252 tests auraient été effectués alors que la capacité journalière des laboratoires habilités à en effectuer se limite à une centaine voire 150 tests au maximum. « Les dernières informations ont semé une trouble publique et ont remis en causes la confiance que la population accorde à l’Etat, ce qui est aberrant et inacceptable », a souligné Lalatiana Rakotondrazafy. En effet, une enquête interne a été lancé au niveau de tous les départements concernés afin d’élucider la situation. Madame le ministre a beau apporter des explications bien détaillées mais cela n’a pas empêché les observateurs de se poser des questions. Depuis les tous premiers cas de Coronavirus, le procédure était claire, les chiffres annoncés émanent de l’IPM et est validé par l’OMS mais il revient au CCOC, par l’intermédiaire du porte parole officiel, le professeur Hanta Vololotiana, ou au Président Andry Rajoelina lui-même de l’annoncer au public. D’où vient donc le rapport de l’OMS ? Comment un organisme international aussi sérieux pourrait-il tomber dans une erreur aussi flagrante ? L’IPM donnerait-elle des informations différentes au CCOC et à l’OMS ? À qui profite ce désordre intentionnel si c’est vraiment le cas ?